Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre à un instituteur...

" Monsieur l’instituteur,

Vous êtes l’auxiliaire du père de famille : parlez donc à son enfant comme vous voudriez qu’on parlât au vôtre.
Il ne suffit pas que vos élèves aient compris et retenu vos leçons ; il faut surtout que leur caractère s’en ressente : c’est surtout hors de l’école qu’on pourra juger de ce qu’a valu votre enseignement.
Vous avez flétri l’égoïsme et fait l’éloge du dévouement : ont-ils, le moment d’après, abandonné un camarade en péril pour ne songer qu’à eux-mêmes ? Votre leçon est à recommencer. Et que ces rechutes ne vous découragent pas ! Ce n’est pas l’œuvre d’un jour de former une âme libre. 
 "

Jules Ferry.

Cette école était une promesse de liberté, de dignité et de promotion sociale. C’était une école de l’excellence qui valorisait l’autorité morale et intellectuelle, qui récompensait le travail, qui donnait à chacun le moyen d’aller aussi haut que ses talents le lui permettaient, quelle que fût son origine sociale.

Il ne faut jamais magnifier le passé, et l’idéal de la promotion par l’école a mis bien longtemps à pénétrer dans toutes les couches de la population. Longtemps, trop longtemps le paysan a voulu que son fils devienne paysan, le mineur que son fils soit mineur, l’artisan que son fils soit artisan.

Nous ne referons pas l’école de la IIIe République à l’heure d’Internet, de la télévision et du portable. Mais nous pouvons, nous devons en retrouver l’esprit, car cette école au fond était plus moderne que la nôtre s’agissant des principes d’éducation.

 

- Extrait du discours de "Nicolas Sarkozy" à Perpignan le 23/02/07, pour plus d'info sur www.sarkozy.fr

Tag(s) : #Pédagogie - enseignement - art et culture

Partager cet article

Repost 0