Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                                                                                                                                                   

"Qu'y a-t-il de plus important dans la vie ? Tous les Hommes ont évidemment besoin de nourriture et de trendresse, mais il y a autre chose dont nous avons tous besoins : C'est de savoir qui nous sommes" Jostein Gaader.

Voilà ce que je vous propose et je vous souhaite en ce début de nouvelle année 2007 ! Bonne année !

 

Une bonne raison d'évoquer la connaissance de Soi est le mal être qui règne dans notre mode, faute de responsabilité individuelle. Pendant longtemps, nous avons abandonné notre argent au banquier, notre corps au médecin et notre âme au confesseur. Cette époque est révolue. Il nous est aujourd'hui demandé de prendre en charge la gestion de nos économies, celle de notre corps et notre équilibre psychologique. Pour cela, nous avons besoins de repères.

L'expérience prouve que la connaissance de l'autre commence par la connaisance de Soi. Ce terrain-là est beaucoup plus ardu. Une première recherche démontre que nous sommes composés d'une cacophonie de "petits-moi" qui cohabitent tant bien que mal, au grè de nos émotions.

 

C'est le premier intérêt de l'ennnéagramme : il nomme et répertorie ces différentes facettes de nous même. A partir de chaque dominante, il propose neuf shémas de construction psychologique cohérents. Aussi, nous pouvons trouver, dans l'ennéagramme, des bases claires pour comprendre le fonctionnement intérieur de l'Homme.

 

Le mot "ennéagramme" vient du grec ennea gramma, qui signifie : "figure à neuf côtés". Aujourd'hui, ce mot fait référence à un système d"étude de la personnalité fondé sur neuf comportements de la nature humaine.

 

Historiquement, il repose sur les tendances capitales que l'on retrouve dans de nombreuses traditions et cultures, tant au niveau spirituel que philosophique : la roue de la vie bouddhiste ou les "péchés" capitaux des chrétiens. Ces tendances, également appelées "passions", sont des conditionnements inconscients qui influent sur notre comportement. Au nombre de neuf, ils ont pour noms la colère, l'orgueil, le mensonge, l'envie, l'avarice, la peur, la gourmandise, l'excès (la luxure) et la paresse.

 

L'idée principale repose sur le principe que tout Homme a un trait de caractère central, semblable à un axe autour duquel tourne sa personalité. Cette "fixation" correspond à un mécanisme de défense mis en place par l'enfant. Cette fixation - le plus souvent inconsciente - se retrouve dans nos habitudes et limite notre vision du monde.

 

De grands noms jalonnent l'histoire de l'ennéagramme : Pythagore, Dante, Gurdjieff. L'ennéagramme est non seulement en correspondance directe avec les traditions chrétiennes et soufies, il offre également des analogies avec la kabbale hébraïque.

 

Dans l'Antiquité, la spychologie était étroitement liée à la philosophie et à la religion. Ainsi, sur le fronton du temple d'Appolon, à Delphes, on pouvait lire : "Connais-toi toi-même, et tu connaîtras l'Univers et les Dieux". Cette relation entre les différentes sciences humaines s'était égarée depuis, surtout au XXe siècle. Aujourd'hui, de plus en plus de démarche essaient de relier le développement psychologique avec la croissance spirituelle, la connaissance de Soi et la transformation de l'être, le monde de l'âme et celui de l'esprit. C'est le cas de l'ennéagramme.

 

- Livre cité : ABC de l'ENNEAGRAMME de Eric SALMON aux éditions Grancher.

Retranscrit par Lauric Duvigneau

Tag(s) : #Developpement personnel

Partager cet article

Repost 0