Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui n'a pas pas rêvé d'un monde de l'Entreprise ou tout à chacun puisse s'épanouir en révélant ses talents...

...comme le ferait un "champion" en sport ?

 

Nous en avons tous rêvé... comme disait Martin Luther King, "I have a dream". Je laisse pour l'occasion Bertrand Martin Ex-PDG de SULIZER France, décrire ce que certains pourraient décrire ainsi comme un "REVE"...  Ainsi, je fais miens ces propos qui rencontrent mes propres convictions sur le management ... Alors rentrons dans le texte...

 

"L'énergie que j'avais si souvent connue au service de luttes internes destructrices s'était cette fois orientée positivement, énergie vitale [d'hommes] et [de femmes] acteurs et [responsables de leur destin], ensemble. Résultat, non d'une nouvelle recette miracle, mais de changements profonds d'attitudes et de comportements jamais acquis, toujours remis en question, épreuves de vérité face aux autres et à soi-même.

 

Le fonctionnement rationnel, sûr, mécanique, organisé, contrôlé avait cédé sa primauté à la logique du vivant, celle de l'envie de faire, de l'enthousiame, de la passion mais aussi celle de l'imprévu, du chaotique, du doute, des interrogations, de la peur.

Peut-on unir l'énergie de l'irrationnel à la solidarité du rationnel ?

Dire, toute la vérité pour déclencher réactions et engagements, est-ce bien raisonnable ? Car enfin toute vérité n'est pas bonne à dire? Mais une vérité tronquée, même légèrement, n'est-ce pas déjà un début de manipultation? Le mensonge n'est pas loin, il brise les engagements pour longtemps.

 

[Cette confiance] qui naît et [se nourrit de réciprocité] n'est-elle pas une folie ? C'est pourtant bien dans ce regard que l'autre peut se construire. Et la méfiance, si minime soit-elle, est destructrice.

Permettre l'appropriation qui engendre la motivation, c'est accepter de se dépouiller. Est-il acceptable, est-il même normal pour celui qui a la responsabilité du pouvoir d'abandonner ainsi son pouvoir, d'en abandonner l'exercice, même en partie ? [Le pouvoir est si agréable].

 

[Respecter la parole et la pensée de l'autre], lui laisser cet espace de liberté qui lui permettra d'exercer ses talents et sa responsabilité, de développer son jugement, est bien difficile lorsque l'on croit détenir la vérité. Il est bien réconfortant de croire que l'on sait. Un chef d'entreprise me disait : "Le plus difficile pour moi, c'est de me taire lorsque je connais la solution..."

 

Donner l'autonomie, la liberté qui va permettre la croissance de la personne, n'est-ce pas prendre le risque de l'erreur, de l'accident, de l'incohérence ? Casser l'ordre qui fige, qui empêche d'avancer, laisser s'établir et durer un désordre chaotique d'où pourra jaillir la vie, est-ce bien acceptable ?

Ces questions ne sont pas comme les problèmes techniques justiciables de solutions, elles sont des interrogations jamais closes comme des appels, des fenêtres toujours ouvertes vers un avenir mailleur. [Les réponses sont en chacun de nous]. Elles dépendent de ce que nous sommes, de ce nous pensons de nous-mêmes et des autres, de notre vision de la société et du monde, [de nos solidités intérieures], de nos convictions, mais aussi [de nos limites et de nos peurs].

 

Tenter d'y répondre, [c'est accepter de se remettre en question] et d'avancer, c'est un cheminement individuel et collectif où chaque pas assuré, chaque étape atteinte, est un nouveau point de départ...

...Les enjeux sont considérables pour l'entreprise, pour l'homme et pour la société. Si ce témoignage peut encourager à oser la confiance, ces lignes auront atteint leur but.

Le vingtième siècle aura vu le triomphe du rationnel et l'entreprise mécanisée; [le vingt et unième verra peut-être celui de l'entreprise humanisée]. Ce serait une bonne nouvelle...".

 

- Extrait de [et à Lire] "Oser la confiance" de B. MARTIN, V. LENHARDT, et B. JARROSSON aux éditions INSEP.

 

Retranscrit par Lauric Duvigneau

Tag(s) : #Entreprise